Stranger in a Norwegian Landscape

STRANGER-CARTON2

STRANGER-CARTON3

Après une résidence de création à Bergen en Norvège, l’artiste Alexis Debeuf propose d’investir les salles d’exposition de l’Abbaye-aux-Dames, à Caen. Avec Andrea Spreafico – qui l’avait invité à présenter une performance à l’école d’Architecture de Bergen – ils réunissent ensemble 11 artistes et prolongent les liens tissés sur place. C’est ainsi qu’est née l’exposition « Stranger in a Norwegian Landscape », visible du 3 mai au 2 juin 2013.

L’exposition observe l’identité de la Norvège contemporaine. Seulement ici, le paysage est majoritairement donné à voir à travers la perspective d’artistes étrangers vivant ou ayant vécu sur ce territoire. Leurs propositions s’articulent autour de rencontres et de dialogues entre leur culture d’origine et leur culture d’adoption, celle avec laquelle ils traitent tous les jours. Avec diverses formes d’expression telles que la vidéo, le vêtement ou l’installation, les artistes proposent une image intuitive et souvent humoristique de leur rencontre avec cette nouvelle culture.

Artistes participant à l’exposition :

Cameron MacLeod (né au Canada en 1975) voyage à travers les disciplines, créant des
oeuvres critiques qui remettent en question les frontières culturelles de la technologie et
leur relation à la fonctionnalité, la récréation, la pensée critique et l’invention. Un des
membres fondateur du collectif d’artistes de la galerie Platform de Stockholm, Cameron a
obtenu son master des beaux-arts (Art dans l’espace public) à la Konstfack Université des
Arts, de l’Artisanat et du Design, à Stockholm en 2009.
http://www.cameronmacleod.net

Alain Ayers est un artiste qui explore des « ressources communes », produisant des
installations, objets, images et des textes. Formé au Royaume-Uni, il obtient un Master
de sculpture et des bourses du Royaume-Uni et de l’Europe. Il commença a développer
son travail d’artiste à la Nottingham Trent University et l’University of Arts de Londres. Il a
travaillé en collaboration avec ELIA, la Ligue européenne des Instituts pour les Arts sur
différents projets en tant que membre du conseil. Par la suite, il a été élu secrétaire chez
NAFA, l’Association nationale pour l’éducation des Beaux-Arts en Angleterre. Il y a trois
ans, il a quitté le Royaume-Uni pour de nouvelles aventures internationales, y compris une
année à Göteborg. Il vit depuis deux ans à Bergen. En octobre, il sera conférencier à la
HEAD, Haute école d’art et de design de Genève.
http://alainayers.wordpress.com

Pedro Gomez Egana
« J’aime penser que mes oeuvres abordent les questions du mouvement et de la
temporalité par le biais d’une approche sculpturale. Cet intérêt peut se manifester par
des mises en scène complexes où le public fait l’expérience de la transformation de corps
sculpturaux. Je suis également motivé par l’importance du temps dans les définitions
culturelles du désastre, de l’anxiété et de la catastrophe, tout en résistant activement à la
dynamique du choc que l’on trouve dans la culture des médias. En résonance avec ma
formation musicale antérieure, j’aime travailler avec le son et la musique qui m’apportent
un élan narratif et métaphorique. C’est aussi mon expérience comme compositeur qui me
fait accorder une attention particulière à la façon dont les événements, que ce soient des
sons, des actions ou des objets, apparaissent dans le temps. »
http://www.pedrogomezegana.com

Lindsay Foster (née à Seattle, Washington) vit et travaille actuellement à Honolulu, Hawaï.
Elle a obtenu son diplôme de sociologie (Bachelor of Arts) à l’Université de Puget Sound,
étudié la photographie et le cinéma aux Maine Ateliers Médias, et décroché une Maîtrise
d’arts plastiques à CalArts (2008).
« J’explore l’espace intermédiaire, les ambiguïtés de l’interaction, la connexion et la
communication. Je m’inspire du quotidien et je m’intéresse à la sociabilité collective,
à l’endroit où le Moi s’arrête et où l’Autre commence. Je tente de déplacer la notion de
Moi en tant qu’individu vers un Moi relationnel, viable de par sa relation avec les autres.
Par conséquent, ce qui m’importe c’est de comprendre les subjectivités multiples et la
pratique de la réciprocité. Un des thèmes centraux de mon travail est le désir de revisiter
l’aliénation et la fatuité à travers l’empathie et l’engagement. »
Récemment, son travail a été exposé au S1 Salon en Angleterre ; au Centre National d’Art
Contemporain de Saint-Pétersbourg en Russie ; à la Knipsu Gallery en Norvège ; à la Vox
Populi Gallery de Philadelphie (Pennsylvanie) ; au Festival de Cinéma 700IS, en Islande ;
au Musée d’Art du Comté de Los Angeles ; au Festival du Cinéma Documentaire et
eXpérimental de Portland (PDX), en Oregon ; à la Kontainer Gallery de Los Angeles ;
à la AIR Gallery de New York ; au Centre d’Art Contemporain de Los Angeles et au Musée
d’Art de Torrance (Californie). Lindsay Foster est sur le point de devenir membre de
l’Akademie Schloss Solitude.
http://www.lindsayfoster.com 

Rori Knudtson est une artiste, architecte et réalisatrice américaine. Elle travaille dans des
espaces intermédiaires, entre-deux, entre l’architecture physique et métaphysique, entre
la mémoire et l’immédiateté, le matériel et l’immatériel. Elle questionne les constructions
sociales, psychologiques et physiques de l’espace.
Rori travaille avec des concepts architecturaux, des installations, de la vidéo et des
performances. Cofondatrice de l’Ecole de l’Engagement Critique (School of Critical
Engagement) en 2010, elle est une critique active pour l’Ecole d’Architecture et
l’Académie d’Art et de Design de Bergen en Norvège, ainsi que pour l’Université d’Art et
de Design Département de la Pratique Publique d’Otis à Los Angeles. Actuellement,
Rori travaille sur un projet de film au Svalbard : Dead Reckoning (Navigation à l’estime).
http://www.rknudtson.com

Joar Nango, fils de Nils John Nango, originaire du village Sami Máze dans le nord de la
Norvège, est un artiste/architecte, qui a fait ses études à l’Université Norvégienne de
Sciences et de Technologie (NTNU) et à l’Ecole d’Art et de Design (KHB) de Berlin. Joar
travaille sur des interventions spécifiques à un site et sur des sculptures qui explorent
les limites entre l’architecture, le design et l’art visuel. Ses projets sont souvent liés au
concept d’espace nomade. Ce thème est particulièrement important pour sa recherche
sur l’Espace Sami et Indigène, que l’on retrouve, entre autres, à travers une série de
fanzines Sámi Huksendáidda et un projet de vêtements : Sámi Shelters. Il est aussi un
des membres fondateur du collectif d’architectes idéalistes FFB, qui travaille sur des
interventions publiques autour d’une architecture temporaire et nomade. Joar a exposé
ses oeuvres aux quatre coins du monde, en Norvège, aux Etats-Unis, en Allemagne,
au Canada et en Russie. En ce moment, il travaille à Tromsø, en Norvège.

Alexis Debeuf a tendance à naturellement se disperser et c’est pourquoi sa démarche prend une
multitude de formes. Alexis Debeuf construit avec ce qui l’entoure, qu’il s’agisse de
l’actualité, de l’urbanisme ou des objets les plus simples. Il exploite l’environnement dans
lequel il évolue pour mieux le comprendre. Cette pratique d’éparpillement répond en
réalité à une grande curiosité et lui permet de faire l’expérience de nombreuses
techniques. Attaché au contexte et au temps présent, il est aussi sensible au partage.
La pratique artistique peut devenir chez lui un prétexte pour aller vers l’autre, pour faire
des découvertes, des expériences. Il fabrique avec ce qu’il trouve, tente de faire
beaucoup avec peu, sans fioritures. Il avance et rebondit, c’est tout. Ainsi, Alexis Debeuf
souhaite révéler des comportements, des enjeux sociaux, culturels ou politiques,
interroger le monde dans lequel nous évoluons, prendre position ou porter un regard
poétique sur des questions d’aujourd’hui.
https://alexisdebeuf.wordpress.com

Andrea Spreafico a étudié la philosophie à l’Université de Bologne, en Italie, où il a
soutenu sa thèse de doctorat en 2006 sur le concept de Volonté de Puissance chez
Nietzsche, en co-tutèle avec l’université de Reims. Il a ensuite obtenu un Master en Art
dans l’espace public à l’Académie des Beaux-Arts de Nuremberg en 2008. Depuis, il est
devenu un artiste indépendant et enseigne l’art relationnel et l’expression conceptuelle à
l’école d’Architecture de Bergen. Ses oeuvres utilisent différents médias (installation,
performance, vidéo, photographie, chorégraphie) et se concentrent sur la représentation
de situations dynamiques et de leurs conditions matérielles.
http://www.andreaspreaficodeluxe.org

Borghild Rudjord Unneland (née en 1978 à Oslo, en Norvège) vit et travaille à Bergen.
Depuis ses études à l’Académie d’Art et de Design de Bergen (1998-2003), elle a
beaucoup exposé en Norvège et à l’étranger. Les objets de tous les jours sont ses outils
de travail principaux. Elle s’intéresse à l’association des matières, à leur résonance et à
leur timbre. La relation entre la pensée et le matériel est au coeur de son travail. Les
sculptures peuvent être perçues comme de la poésie, dans sa forme physique, ainsi des
relations naissent de la rencontre entre les différents objets et créent des connexions
associatives, comme les strophes d’un poème.

Gro Gjengedal Navelsaker travaille et vit à Bergen, en Norvège.
Ses outils de travail sont sa vie et ses expériences, le corps est sa matière. Elle travaille
avec le corps, en fait un canevas pour les pensées, pour s’exprimer. Comme tout le
monde est concerné par le corps, c’est un bon sujet pour travailler. Le « matériau du
corps » possède un symbolisme puissant bien connu, et sert de métaphore pour mettre
en avant des questions d’ordre général. Le travail consiste à réfléchir sur notre existence
et les défis de l’esprit de l’homme en tant qu’individu dans le monde.
Gro Gjengedal Navelsaker a terminé son Master en beaux-arts à l’Académie d’Art et de
Design de Bergen en 2012. Avec un collègue, ils ont créé un atelier d’impression textile,
avec des ateliers créatifs et un espace d’exposition dans le centre-ville de Bergen.
http://www.gronav.com

Tanya Busse a étudié à Berlin et Halifax au Nova Scotia College of Art and Design, où
elle a obtenu son BFA en 2007. Ses projets sont expérimentaux et influencés par une
recherche basée autant sur l’Art que l’anthropologie visuelle. Les méthodes qu’elle
utilise sont induites par son expérience de la photographie. Elle s’attache également
à la manière dont les lieux, les cultures et identités se construisent par les images.
Ses projets les plus récents sont en lien avec les économies alternatives, en particulier
dans les collectivités du Nord, et prennent souvent la forme de collaborations et
d’engagements à long terme. Elle entreprend actuellement un Master (Capitalism,
Sustainability and Art) à l’Académie des Arts de Tromsø, au nord de la Norvège.

 

Stranger in a Norwegian Landscape – du 3 mai au 2 juin 2013
à l’Abbaye-aux-Dames à Caen
Exposition visible tous les jours, de 14h à 18h. Entrée libre.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :